Mémoires Européennes

du Goulag

BioGraphie

42
image description
×

Lilija  KAIJONE

Lilija, née en 1932, est la fille d’un chef local historique des Aizsargi, une organisation paramilitaire née pendant la guerre d’indépendance de Lettonie et supportant le régime autoritaire de Karlis Ulmanis (1934-1940). Très rapidement, la hiérarchie de cette organisation est visée par la répression soviétique, et la famille de Lilija est expulsée de sa demeure.

Le 14 juin 1941, la famille est arrêtée et séparée. Le père est condamné à une peine de travaux forcés à laquelle il ne survit pas. Lilija, sa mère et ses frère et sœurs sont déportés dans la région de Krasnoïarsk. Le petit frère y décède, la mère et les trois filles font face à la faim et à la maladie. En 1946, Lilija et ses sœurs sont autorisées à rentrer en Lettonie, dans le cadre d’une mesure concernant les orphelins et semi-orphelins lettons et estoniens des colonies spéciales, et sont confiées à leur tante. Lilija rejoint l’école, puis la faculté de philologie. Elle travaille comme femme de ménage dans un théâtre puis comme bibliothécaire et archiviste. Sa mère rentre en 1957, durant la vague d’amnistie touchant l’ensemble des colons spéciaux. 

Cet entretien a été enregistré avec sa sœur Austra Zalcmane.

Voir MÉDIA
Fermer

La famille d’Austra et de Lilija

Austra et Lilija ont conservé, grâce à leurs oncles et tantes, des photos d’avant-guerre représentant leurs parents, accompagnés de leurs enfants.

Leur père était le chef local d’une organisation d’aizsargi, on le voit sur les photos (au centre) en compagnie de ses subordonnés.

Leur maison et les images d’enfance constituent aujourd’hui les vestiges de la période présoviétique.

Fermer

Le dernier Noël passé en famille

Lilija Kaijone se souvient du dernier Noël passé en famille et du mauvais pressentiment de son père.

Fermer

Austra et Lilija évoquent l’arrestation de juin 1941

Avant la déportation, et parfois jusqu’à leur destination, les futurs exilés et condamnés ne savent pas ce qui les attendent et imaginent les hypothèses les plus diverses. Le père d’Austra et de Lilija, lui, croit qu’il va être immédiatement fusillé avec sa famille.

L’arrestation se déroule en pleine nuit, les enfants partent avec les vêtements qu’ils ont sur le dos.

Fermer

Les premiers jours en déportation

Dans les premiers temps, à l’été 1941, Austra, Lilija sont mal vues par les enfants du village, qui les poursuivent en leur jetant des pierres. Il était attribué aux déportés la responsabilité du déclenchement du conflit et la réputation d’être des complices des fascistes. Mais la situation s’améliora rapidement.

Fermer

Les oies

Le directeur du sovkhoze, un homme bon, autorise les enfants à accomplir de petites tâches afin de gagner quelques morceaux de pain. Lilija et ses soeurs sont chargées de surveiller les oies.

Fermer

Les sœurs se souviennent de la forêt

 

Alors que leur mère travaille, les sœurs Austra et Lilija ramassent des baies dans la forêt. Elles se souviennent avec émotion de leurs sensations dans les bois.

Fermer

Le retour en Lettonie

Les sœurs évoquent le retour qu’elles ont accompli, seules, au lendemain de la guerre. Comme d’autres orphelins et semi-oprhelins, les sœurs Zalcmane sont autorisées à rentrer en Lettonie et furent placées dans un orphelinat. Austra se rappelle d’une robe qu'elle convoitait…

Fermer

Documents administratifs

Austra a, comme beaucoup d'autres anciens déportés, conservé les documents relatifs au destin de sa famille. Ainsi, l’acte de décès de son père, que sa mère finit par obtenir en 1947, les documents réhabilitant sa famille dans les années 1990, et enfin les réponses des administrations quant au sort de la demeure familiale, nationalisée en mars 1941.