Mémoires Européennes

du Goulag

BioGraphie

11
image description
×

Juozas  MILIAUSKAS

Juozas Miilauskas naît en 1934 dans la région de Kaunas, en Lituanie. Il vit à la campagne avec ses parents. Son père est ouvrier, sa mère ne travaille pas.

À partir de 1947, la famille sent la menace de l’arrestation. Un frère de son père a rejoint les «frères des forêts». À plusieurs reprises, ils se cachent alors, chez des voisins, des amis, en 1947 et en 1948. Mais le 17 mars 1949 quatre soldats du NKVD, parlant entre eux lituanien, viennent les prendre. Ils sont transportés dans une charrette jusqu’à la gare, puis enfermés dans un wagon de marchandises. Ils ont juste pris avec eux un demi-sac de farine.

Le train les conduit dans la région d’Irkoutsk. De là, ils sont transportés en camion, puis, en traîneau tracté, à Tchitchek, au bout de nulle part. Là, ils exploitent la terre, sont rémunérés en troudodni par le kolkhoze. Ses parents pointent une fois par mois, auprès du commandant. Les voisins les aident, avec quelques pommes de terre ou tout autre chose précieuse. Ils parlent lituanien entre eux, mais Juozas apprend le russe avec les jeunes.

Il abandonne le travail à la pelle pour devenir tractoriste, puis chauffeur, ce qui rend sa situation plus aisée.

En 1956 il est libéré de son statut de déporté spécial, et en 1957, il rentre avec ses parents en Lituanie. Mais il est déjà Sibérien. «Il n’y avait nulle part où vivre», «On n’était plus des leurs.» Au bout de six mois, il décide de retourner d’où il venait, en Sibérie, et reprend ses activités agricoles, puis se déplace à Bratsk, un ancien village devenu une ville industrielle. Il y réside encore aujourd’hui.

Voir MÉDIA
Fermer

Juozas Miliautskas

Biographie plus détaillée de Juozas Miliautskas

Juozas Miliautskas naît en 1934 à Vyčius, dans la région de Kaunas. Cette ville était alors la capitale d’une Lituanie indépendante depuis une quinzaine d’années. Il vivait à la campagne avec ses parents, son père était ouvrier, sa mère ne travaillait pas. Il a donc vu passer la guerre dans son village. Son frère aîné est tué au front, alors qu'il est dans l’armée Rouge. Il se souvient des incessants bombardements près de sa maison. Il se souvient aussi quand les Juifs furent emmenés par les Allemands pour travailler dans les forêts. Quand ils furent transportés par camion à Kaunas, où ils furent fusillés dans des tranchées. Et quand ceux qui avaient creusé les tranchées furent, à leur tour, fusillés dans la forêt et brûlés.

Dès 1947, la famille sent la menace de l’arrestation. Un frère de son père a rejoint les «frères des bois», ces Lituaniens entrés en résistance contre les Soviétiques. La famille se cache alors, chez des voisins, des amis, à plusieurs reprises en 1947 et en 1948. C'est finalement le 17 mars 1949 que quatre soldats du NKVD, qui parlaient lituanien entre eux, arrivent. Un Lituanien présente un ordre d’arrestation. Son père est frappé et blessé. Ils sont transportés dans une charette jusqu’à la gare, après avoir pris avec eux un demi-seau de farine. Là, ils sont enfermés dans un wagon de marchandises, lui, ses parents et son frère cadet. Ils y retrouvent vingt familles, sur des châlits, avec un poêle, un peu de charbon pour le voyage, de l’eau chaude prise aux divers arrêts et un poisson salé pour tous. 

Le train les conduit dans la région d’Irkoutsk, où des voitures arrivent de partout pour les disperser. De là, ils sont emmenés en camion jusqu’au village de Jigalovo, puis, en traîneau tracté, ils sont conduits à Tchitchek, 16 km plus loin, au bout de nulle part. Ils exploitent la terre, sont rémunérés en trudodni par le kolkhoze. Ses parents pointent une fois par mois, auprès du commandant. Ils vivent dans une maison de paysans qui, quelques années auparavant, ont été réprimés et arrêtés comme koulaks. Les voisins les aident, avec quelques pommes de terre ou tout autre aide précieuse. Ils continuent à parler lituanien entre eux, mais Iozas apprend le russe avec les jeunes et va à l’école. 

Iozas abandonne le travail manuel pour devenir tractoriste, puis chauffeur, une étape importante dans sa vie qui le dégage des travaux difficiles de la terre et le place dans une situation plus aisée.

En 1956, il est libéré de son statut de déporté spécial, et en 1957, il rentre avec ses parents en Lituanie. Mais il est déjà Sibérien. «Il n’y avait nulle part où vivre», «On n’était plus des leurs.» Au bout de six mois, il décide de retourner d’où il venait en Sibérie et reprend ses activités agricoles.

En 1970, il se déplace à Bratsk, un village transformé à toute vitesse en ville industrielle, dynamisée par la construction d’une immense centrale hydro-électrique qui fera la fierté de l’Union soviétique et où vinrent, pour la construire, des milliers de Soviétiques. Il y réside encore aujourd’hui.

Fermer

Il était bien ce pouvoir, il était bien...

Fermer

La déportation - le transport

Fermer

La déportation - le voyage

Ils ont abattu le bétail, emporté la vache.
On a eu un demi-sac de farine.
Ils nous ont amenés en charrette à la gare.
Ils nous ont mis dans un wagon de marchandises.
On était 20 familles.
On dormait sur et sous les châlits.
Il y avait un petit poêle.
Une personne sortait, aux arrêts, pour chercher de l’eau bouillante.
Une fois par jour, ils nous jetaient un poisson salé à partager entre tous.
Ils nous ont amenés à Irkoutsk et ont déchargé les wagons. C’était en avril.
De là, ils nous ont répartis partout dans la région.
C’est comme ça qu’on s’est retrouvé à Jigalovo.

Fermer

La déportation - le voyage

Ils ont abattu le bétail, emporté la vache.
On a eu un demi-sac de farine.
Ils nous ont amenés en charrette à la gare.
Ils nous ont mis dans un wagon de marchandises.
On était 20 familles.
On dormait sur et sous les châlits.
Il y avait un petit poêle.
Une personne sortait, aux arrêts, pour chercher de l’eau bouillante.
Une fois par jour, ils nous jetaient un poisson salé à partager entre tous.
Ils nous ont amenés à Irkoutsk et ont déchargé les wagons. C’était en avril.
De là, ils nous ont répartis partout dans la région.
C’est comme ça qu’on s’est retrouvé à Jigalovo.

Fermer

Tractoriste!

«Moi, je travaillais dans les tracteurs et mon frère, il était chez le comptable de notre équipe. J’avais à peu près 19 ans. A cette époque-là, tous les tracteurs dépendaient de la station locale des machines agricoles. Les gens s’exclamaient : “Un tractoriste !” Et ils s’arrêtaient pour nous regarder. Faut dire que c’est pas pareil que de bêcher à la pelle !»