Mémoires Européennes

du Goulag

Retour
Fermer

Une paire de chaussures pour deux

«Voilà, quand Lionia a commencé à travailler au débardage du bois, a commencé à recevoir de l’argent et qu’Ania a commencé à travailler, elle ne recevait pas d’argent, mais comme elle aidait, elle vivait de cela.

Ensuite, quand ils ont travaillé plus, Tolia a terminé la 7e et a commencé aussi à travailler, c’est devenu plus facile, nous avons acquis une vache.

Je me souviens des chaussures, pour aller à l’école, il y avait une paire pour deux. Un jour sur deux j’allais à l’école avec cette paire, l’autre jour c’était mon frère Sacha, l’un après l’autre. On n’allait pas à l’école pieds nus… Un jour sur l’autre on y allait, et l’instituteur, bien sûr, comprenait très bien. Mais nous étions capables, et manquer un jour sur deux n’a pas eu d’effet sur nos résultats.»