Mémoires Européennes

du Goulag

Le projet de recherche

Aujourd'hui porté par l’INED et le Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS/CNRS), le projet de recherche, qui sous-tend cette publication, traite de la question des déplacements forcés de populations durant le 20e siècle au sein du vaste espace est-européen et soviétique, dans lequel se sont déroulées des migrations contraintes de nature diverse, selon les périodes et les politiques d’État, conduisant des groupes entiers de population à quitter leurs lieux d’origine pour se retrouver assignés à résidence et/ou fixés dans des territoires inconnus.

L’étude des conditions et trajectoires d’exil, de la relation entre les expériences individuelles et l’histoire politique, administrative des décisions étatiques, de l’articulation entre une histoire d’en bas et une histoire d’en haut, constitue l’une des grandes lignes directrices de ce projet.
À l’appui de celui-ci, la documentation rassemblée à partir de 2008 (et à venir) comprend un large ensemble de sources historiennes, que ce soient des archives écrites, publiques ou privées, des témoignages oraux, des photos de collections privées ou publiques, des vidéos documentaires, des documents institutionnels. L’un des atouts de ce projet est, en effet, de partir d’une base de données déjà constituée de plus de 200 entretiens accessibles et assortis de divers documents, qui représentent une riche source d’investigations aussi bien pour de jeunes chercheurs et doctorants que pour des spécialistes confirmés.

Le projet initial

Le projet initial, qui a conduit à la collecte des 160 premiers entretiens dans 13 pays différents a été porté par le Centre d’études des mondes russes, caucasien et centre-européen (CERCEC, CNRS/EHESS, Paris), Radio France Internationale (RFI) et l’Institut national d’études démographiques (INED, Paris). Il était coordonné par Alain Blum (Cercec-EHESS et INED), Marta Craveri (Cercec-Ehess) et Valérie Nivelon (RFI). Étaient partenaires le Centre Marc Bloch (Berlin), le Centre français de recherche en sciences sociales (CEFRES, Prague) et le Centre français de recherche en sciences humaines et sociales (CEFR, Moscou).

Ce travail a été réalisé avec le soutien de l'Agence nationale de la recherche (programme ANR Corpus – 2007-2012).

La base de données

Le projet, qui s’inscrit dans le domaine aréal est-européen, privilégie des analyses et des comparaisons internes à ce vaste espace, mais envisage également la possibilité d’études comparées avec d’autres aires sur des thématiques clairement définies et paramétrées. 

Ce projet est encadré par un comité scientifique international et un comité éditorial :

Le comité scientifique international sera sollicité pour garantir le rayonnement international de la publication (qui sera au minimum bilingue, mais est envisagée pour être accessible, au moins partiellement, en 4 langues – français, anglais, russe et polonais). Rassemblant des universitaires de différents pays, spécialistes à un titre ou un autre du sujet, sa raison d’être sera de garantir le périmètre du projet de recherche et, par sa connaissance du milieu international du domaine, d’inciter à des synergies de recherches basées en particulier sur la spécificité des matériaux disponibles, à des contributions à la publication et à tout autre apport (notamment en termes de sources), dans la perspective de promotion de cet ouvrage dynamique, mais également du concept de publication de science ouverte à l’international. 

Le comité éditorial, formé de professionnels de l’édition et de la documentation (équipe INED et conseillers extérieurs) ainsi que de chercheurs français, spécialistes du domaine, a pour vocation d’assurer la cohérence de la ligne éditoriale dans l’élaboration et le suivi de son caractère innovant, notamment dans l’articulation entre la dimension grand public et la dimension recherche de la publication. Son rôle est aussi d’évaluer la qualité scientifique des contributions, d’harmoniser leur usage de différents média (sonores, archives, vidéo). Il est enfin de garantir la qualité éditoriale (mise en forme, qualité de l’écriture, des sons, des documents, photos, etc.) de l’ensemble.

La procédure d’évaluation des contributions proposées telle qu’elle est conçue par le comité éditorial repose sur une pratique classique de l’édition scientifique, consistant à soumettre chaque proposition de publication à deux évaluateurs extérieurs, spécialistes du champ thématique, géographique, historique et/ou méthodologique (système des peer reviews). En cas d’évaluations contradictoires, le comité éditorial fait appel au comité scientifique ou à une 3e évaluation afin de réunir des critères plus larges pour orienter sa décision. Toute contribution nécessitant d’être retravaillée en fonction des avis et critiques formulés ne pourra être resoumise plus de deux fois au comité éditorial. 

Comité scientifique international :

En cours de constitution.

Membres du Comité éditorial :

Alain Blum (Président du comité, historien et démographe, INED et EHESS), Marta Craveri (historienne, Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme), Juliette Denis (enseignante, historienne), Denis Eckert (géographe, CNRS), Véronique Ginouvès (Ingénieure de recherches au CNRS, responsable de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme), Catherine Gousseff (historienne, CNRS), Marie-Hélène Gatto (GED Condorcet), Anouche Kunth (historienne, CNRS), Emilia Koustova (historienne, enseignante-chercheure à l’université de Strasbourg), Marie-Paule Reydet (éditrice aux Éditions de l’Ined), Karin Sohler (documentaliste, responsable de l’archive ouverte de l’Ined), Wanda Romanowski (Éditions, INED), Irina Tcherneva (historienne, EHESS)

Composition de l’équipe éditoriale : Marie-Paule Reydet, éditrice ; Wanda Romanowski, responsable des Éditions de l’Ined ; Karin Sohler, documentaliste.

Soumettre un manuscrit

Le projet initial

Le projet initial, qui a conduit à la collecte des 160 premiers entretiens dans 13 pays différents a été porté par le Centre d’études des mondes russes, caucasien et centre-européen (CERCEC, CNRS/EHESS, Paris), Radio France Internationale (RFI) et l’Institut national d’études démographiques (INED, Paris). Étaient partenaires le Centre Marc Bloch (Berlin), le Centre français de recherche en sciences sociales (CEFRES, Prague) et le Centre français de recherche en sciences humaines et sociales (CEFR, Moscou).

Ce travail a été réalisé avec le soutien de l'Agence nationale de la recherche (programme ANR Corpus – 2007-2012), de l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et de l'Institut national d'études démographiques (INED).