Mémoires Européennes

du Goulag

BioGraphie

63
image description
×

Teodor  SHANIN

Un jour de juin 1941, alors que les Allemands se rapprochent de Vilnius, capitale d'une Lituanie soviétique depuis peu, un officier du NKVD accompagné de soldats arrive au domicile de Teodor Shanin, pour arrêter sa famille en raison de leurs origines sociales. Teodor a 11 ans, il se trouve là avec ses parents et sa petite sœur de 4 ans. L’officier a cependant un geste étonnant : il leur dit que, compte-tenu des contrées difficiles où ils allaient être déportés, il fermerait les yeux s’ils laissaient la petite sœur à quelqu’un. Ce qu’ils firent, en la confiant au grand-père.

Le père est condamné aux travaux forcés et envoyé dans un camp en Sibérie. Teodor et sa mère commencent alors un long voyage de déportation dans divers villages, depuis les montagnes de l’Altaï jusqu’à Samarcande. Son père, une fois libéré des camps, les rejoint et, la guerre finie, Teodor quitte le pays en passant par Vilnius pour rechercher sa sœur. Il ne la retrouve pas. Elle a subi le sort de tous les Juifs de Vilnius, et été fusillée très vite après l’arrivée des Allemands dans la ville.

Teodor part alors en Pologne, qu’il fuit rapidement, en raison des violences antisémites. Il rejoint la France, Israël, puis l’Angleterre où il devient professeur d’université et l'un des plus grands spécialistes de la paysannerie russe. Dès le début de la perestroïka, il enseigne en Russie, tout en continuant son travail en Angleterre.

Alain Blum et Juliette Denis

Voir MÉDIA
Fermer

L'arrestation

«Les premières personnes qui sont venues étaient deux officiers du KGB, du NKVD bien sûr, et derrière eux de nombreux soldats. Ils étaient courtois, remarquablement amicaux, car on parlait russe. Ça leur allait qu’on parlait russe avec eux, un bon russe. Ils ont aussi fait quelque chose qui s’est avéré désastreux mais ils avaient, sans aucun doute, de bonnes intentions. Après avoir passé plusieurs heures avec nous, le temps que nous empaquetions tout, ils ont appelé mon père et ont dit : “Nous ne pouvons pas vous dire où vous allez, mais ce sera un lieu très difficile, votre fille – ma sœur avait 4 ans –, elle ne survivra pas. Si vous pouvez trouver quelqu’un dans la ville qui puisse la prendre, on ne fera pas attention.” C’était pour bien faire. Mes parents ont discuté, ma mère ne voulait pas la laisser, mon père voulait la laisser à Wilno et ce fut la seule fois dans l’histoire de ma famille où ma mère a cédé devant mon père. En général c’était l’inverse. Je suis allé chercher notre grand-père dans la ville, je l’ai trouvé – le père de ma mère – et il a pris ma sœur. Elle était heureuse, c’était pour elle une grande aventure de savoir qu’elle allait vivre avec lui et pas avec nous. Et ensuite on a été emmenés.»

Fermer

La mort de sa sœur, assassinée par le nazis

Saviez-vous à ce moment où était votre père ?

Non je ne le savais pas, et je ne l’ai pas su pendant plus d’un an, presque deux. On avait pratiquement perdu sa trace.
La ville avait été envahie par les Allemands, dès le début de la guerre. On était encore détenus quand les Allemands sont entrés dans Wilno, et pour parler de ma fille, donc ma fille, non ma sœur, ma sœur et mon grand-père, furent fusillés six mois après, à Ponari, là où la majorité des Juifs furent exécutés.

Savez-vous quand votre mère a appris le destin de votre sœur ?

Oui, bien sûr, nous l’avons appris quand nous sommes revenus à Wilno. Nous n'y sommes revenus que pour çà. Nous allions quitter l’URSS car les anciens citoyens polonais pouvaient le faire, et nous avions décidé d'essayer d'apprendre quelque chose sur notre famille; ma mère n'a pas cru pendant très longtemps que ma sœur avait été tuée, car ma famille parlait parfaitement polonais, mon grand-père parlait toutes les langues possibles. C'était un homme avec des moustaches pareilles à celles d'un noble polonais, ou plutôt d'un colonel russe tel Berkendorf. Il dirigeait avant la guerre une usine de vodka, et les pommes de terre produites par la noblesse polonaise en constituaient le matériau de base pour la fabriquer. Ils auraient donc pu, bien sûr, avoir été cachés par eux. En plus nous avions tous des yeux bleus dans notre famille et ma sœur avait les yeux encore plus bleus que moi et ils pouvaient ne pas être identifiés. Mais mon grand-père était persuadé que le seul peuple vraiment civilisé en Europe était les Allemands et que les Russes n'étaient pas civilisés. Les Allemands avaient occupé Wilno durant la Première Guerre mondiale et mon grand-père disait qu’ils étaient durs mais civilisés et disciplinés et il ne pouvait imaginer qu’ils tueraient des gens. Mais ce fut différent, et il était trop tard, les portes du ghetto étaient refermées. Quand nous sommes venus à Wilno nous n’avons pas trouvé de preuve exacte mais nous avons trouvé un homme qui avait vu un groupe de personnes partant du ghetto, et qui avait reconnu mon grand-père, et ils allaient dans la direction de Ponari, le lieu de l’exécution. Donc… Une fois cela appris, nous avons décidé que cela constituait une preuve définitive et nous sommes partis pour la Pologne.


Quand vous étiez dans l’Altaï vous avez entendu parler de l’holocauste ?

Non, nous ne pouvions l’imaginer. Personne n'y pensait. Rien de tout cela.

Fermer

Marché noir à Samarcande

 

«Donc, ils ont dit “ok, nous sommes engagés dans quelque chose et si vous voulez vous joindre à nous, vous êtes les bienvenus car vous êtes des nôtres. Nous vivons ici en vendant du pain déjà vendu.” Il y avait des cartes de rationnement pour le pain, 100 g pour un enfant, et, pour comparaison 400 g pour les officiels, ou 600 g pour ceux qui travaillaient dur. Maintenant, plusieurs personnes qui étaient avec eux avaient des magasins, étaient directeurs de magasin, et jouaient un jeu complexe. Et ils vivaient de cela.

Nous sommes entrés dans ce réseau : il fallait sortir le pain du magasin, ce qui était particulièrement dangereux, puis l’apporter à des gens qui le vendaient sur le marché.

Vous entriez dans le magasin, dont le chef était un des nôtres, et vous donniez une carte, et il faisait semblant de la découper, puis la rendait, et vous donnait du pain, et vous preniez le pain, et sortiez, et alliez dans le parc, pas loin, et quelqu’un s’approchait de vous, et vous alliez avec lui, vous conversiez, et vous lui donniez le pain, et il le prenait, et l’apportait sur le marché.

La première année nous avons fait cela, et ce fut, bien sûr, utile et facile. Pour moi, c’était  un jeu de scout, et cela me plaisait, et la police suivait moins un garçon qui allait encore à l’école.»

Fermer

19/03/2011 Teodor Shanin - Le témoignage d'un survivant

 

Par Valérie Nivelon

Grand témoin : Teodor Shanin, ancien déporté au goulag, actuellement président de l’Université des Sciences économiques et sociales de Moscou.

Un jour de juin 1941, alors que les Allemands se rapprochent de Vilnius, capitale d’une Lituanie soviétique depuis peu, un officier du NKVD accompagné de soldats arrive au domicile de la famille de Teodor Shanin. Il vient tous les arrêter, en raison de leurs origines sociales. Teodor a 11 ans, et sa petite soeur 4 ans. L’officier a un geste étonnant : il leur dit que, compte tenu des contrées difficiles où ils allaient être déportés, il fermerait les yeux s’ils laissaient la petite soeur à quelqu’un. Ce qu’ils firent, en la confiant au grand-père.

Le père est condamné aux travaux forcés et envoyé dans un camp en Sibérie. Teodor et sa mère commencent alors un long voyage de déportation dans divers villages, depuis les montagnes de l’Altaï jusqu’à Samarcande. Une fois libéré des camps, le père de Téodor les rejoint.

La guerre finie, Teodor quitte le pays en passant par Vilnius pour rechercher sa soeur. Il ne la retrouve pas…car elle a subi le sort de tous les Juifs de Vilnius. Elle a été fusillée très vite après l’arrivée des Allemands dans la ville.

Le témoignage de Teodor Shanin est l’un des parcours de vie à découvrir sur le site du musée virtuel « Archives sonores - Mémoires européennes du goulag » initié par RFI et le CNRS, http://museum.gulagmemories.eu propose de mettre à la disposition des internautes plus de 150 témoignages, des vidéos, des films de propagande, ainsi que des photographies personnelles de rescapés... « Cet entretien était très fort » se souvient la chercheuse Juliette Denis, « sobre et précis sur le déroulement de son histoire familiale, Teodor Shanin livrait son récit de vie pour la première fois, en toute confiance. Avec Alain Blum, nous étions encore plus émus que Teodor Shanin.»

Avec Marta Craveri, coordinatrice du projet « Archives sonores du goulag », chercheuse au CERCEC; Alain Blum, directeur du projet « Archives sonores du goulag », directeur du CERCEC; Juliette Denis, chercheuse au CERCEC, membre de l’équipe des 13 chercheurs européens du projet « Archives sonores du goulag »

Fermer

L'antisémitisme au retour en Pologne

Quand vous êtes arrivé à Łódź, vous avez senti de l’antisémitisme ?

Oh oui, la Pologne était violemment antisémite, et puisque je ne ressemblais pas à un Juif, peut-être à un Polonais, peut-être à un… mais sûrement pas à un Juif. Le stéréotype, vous savez, veut qu’un Juif soit petit, un long nez et des yeux bruns, et dans notre famille nous avions les yeux bleus et nous étions grands. Et mon polonais était parfait, meilleur que celui des habitants de Łódź qui ne savent pas parler polonais. Donc, en parcourant Łódź, j'entendais les gens parler devant moi, dire des phrases comme : «Salaud d’Hitler, bâtard, regardez tout ce qu’il a fait contre nous. La seule chose de bien, c'est qu'il nous a débarassé des Juifs.» Entendre cela, derrière la tombe de ma famille, je dois dire que je les haïssais en retour comme je n’ai jamais haï. C’était d’une grande violence. Je dois dire que le changement est venu, il y a eu un changement. J’étais contre les Polonais comme ils étaient contre les Juifs.

J’exprimais, je dois dire, un antisémitisme inversé, contre les Polonais.