Mémoires Européennes

du Goulag

BioGraphie

07
image description
×

Micheline  HERC

Micheline Herc naît en 1937, à Varsovie, où elle vit avec ses parents. Elle a deux ans, lorsque les Allemands et les Soviétiques se partagent la Pologne. Pour fuir les Allemands, ses parents partent à Bialystok, puis à Vilnius. Refusant de prendre la citoyenneté soviétique (son père était prêt à le faire, mais sa mère a fermement refusé), ils sont déportés en juin 1940 dans la région d’Arkhangelsk, où ils résident jusqu’à l’amnistie des Polonais, en août 1941. Ils partent alors vers l’Asie centrale, en train, puis en bateau, pour arriver dans une petite ville près de Tachkent, puis au Kazakhstan, où Micheline vit auprès des Kazakhs, apprend leur langue et participe à leurs activités culturelles et religieuses.
En mai 1946, ils peuvent enfin quitter l’URSS, traversent l’Ukraine dévastée et arrivent en Pologne où ils découvrent que toute leur famille, restée sur place, a été exterminée. Ils vont à Varsovie puis à Łódź. Là, ses parents préparent leur départ vers la France, où un oncle les attend. Ils arrivent à Paris en septembre 1946. Micheline y fera une carrière de médecin en se spécialisant en psychiatrie. Aujourd’hui elle est à la retraite et a repris la peinture : les dévastations de la guerre vues lors de son retour en train, les paysages du Grand Nord russe et les couleurs des steppes kazakhes sont très présents dans ses toiles comme dans ses souvenirs.

Voir MÉDIA
Fermer

Refus de la nationalité
et déportation

La mère de Micheline refuse de prendre la nationalité soviétique. Toute la famille est déportée.

Fermer

Souvenirs d'enfance à Arkhangelsk
Le froid; l'ours en peluche et les poupées perdues

Fermer

Loger à Arkhangelsk

Fermer

Souvenirs d'enfance à Arkhangelsk
Chants et danses

Fermer

Souvenirs d'Asie centrale
L'amour pour les Kazakhs

Fermer

Souvenirs d'Asie centrale
La faim

Fermer

Tentatives de fuites

Le père de Micheline a pensé rejoindre l'armée Anders mais ne l'a pas fait. En revanche, ils ont essayé à plusieurs reprises de fuir à l'étranger.

Fermer

Mémoire d'enfant

Fermer

L'école L'école à Saïram (Kazakhstan)
Une institutrice polonaise

Fermer

Retour à Łódź; découverte de l'antisémitisme

Micheline Hertc découvre, lors de son retour en Pologne, à Łódź, qu'elle est juive et subit l'antisémitisme.

Fermer

Retour à Łódź : Découverte du ghetto et de l'extermination

Micheline Hertc découvre, lors de son retour en Pologne, à Łódź, qu'elle est juive et subit l'antisémitisme.

Fermer

La mémoire - L'occultation

Fermer

à Paris

Fermer

à Paris: Rattraper la vie perdue

Fermer

A Paris, l'étrangère.

Fermer

L'étrangère; l'apatride

Fermer

Un passé russe, polonais et français

Avant la Seconde guerre mondiale, la famille de Micheline Herc vit entre Moscou et Varsovie. Ses parents termineront, eux, leurs études en France, où ils se rencontrent, mais repartent en 1932 à Varsovie, où ils se marient et décident de rester. Les membres de cette famille sont commerçants ou industriels: Ainsi, Mikhaïl Model, russe, proche des mencheviks, est vice-président des industries de toutes les Russies, jusqu'en 1922 et possédait trois usines, à Kharkov et Kiev. Il émigre à Dantzig en 1922, où il continue à être industriel.

Josef et Sonia Herc (Hertz), les grands-parents côté paternels. Josef travaillait dans l'industrie de la fourrure en relation avec Londres, avec son père qui avait fait prospéré son industrie. Ils ont été tués à Treblinka.

Le père de Micheline Herc naît à Varsovie, en Pologne, sa mère à Koursk en Russie.

Gutek, un des oncles paternels de Micheline Herc, né en 1911 est avocat international à Londres, mais il rentre à Varsovie en 1940 pour aider ses parents et est tué dans le ghetto. Marian, l'aîné de ses oncles est déporté. 

Du côté maternel, David, grand-oncle de Micheline, reste vivre à Moscou, où il est le premier directeur du goum. Sima, sa grand-tante, participe à la bataille de Léningrad. En revanche, Marie Rosenberg, tante du côté maternel de Micheline, était partie en France en même tant qu'Evgenia, mère de Micheline, pour faire des études commerciales (en 1924-25). Elle reste ensuite vivre en France. 

Fermer

Lettres d'ailleurs

En déportation, dans les coins reculés du Grand Nord russe ou au Kazakhstan, les parents de Micheline Herc reçoivent des lettres venant de Paris, de Châteauneuf-la-Forêt, en France, aussi bien que de Moscou, toutes écrites par des parents. Ces lettres témoignent d’une rare mais réelle circulation entre ces mondes éloignés les uns des autres.
La plus étonnante est sans doute celle qui, partant de Châteauneuf-la-Forêt le 18 mars 1941, arrive au « point Chirbozero, centre postal d’Osinov, district de Priozernyï, région d’Arkhangelsk », un lieu perdu au fin fond de cette région du Grand Nord soviétique. Nous ne savons malheureusement pas combien de temps elle a mis pour arriver. Elle semble avoir été expédiée par l’intermédiaire de la Croix rouge.
Il y a aussi plusieurs lettres envoyées à Saïram, là où Micheline a passé son enfance kazakhe. Les délais sont longs : l’une d’entre elles, écrite le 14 juin 1945 à Paris, passe à Moscou le 12 janvier 1946, à Alma Ata le 12 mars et arrive à destination seulement le 5 avril, après être passée par la censure militaire. Elle a mis un peu moins d’une année pour atteindre sa destination. Micheline Herc la reçut, mais il s’en est fallu de peu, car elle part de Saïram, pour la Pologne, un mois plus tard...
Les lettres envoyées de France le sont par Marie (Mary sur les lettres) Rosenberg, sœur de la mère de Micheline Herc, qui vivait en France.
Figure aussi une lettre d’Ida Radilovski, chanteuse lyrique, épouse de David Radilovski, grand-oncle de Micheline par la ligne maternelle, qui fut directeur du GUM à Moscou (le grand magasin moscovite) après la Révolution. La lettre a été envoyée de Moscou le 10 septembre 1945 et est arrivée le 18 septembre au Kazakhstan.

Fermer

Sortir d'URSS - bureaucratie

Le départ d'URSS est un long voyage, durant lequel il faut obtenir divers papiers pour avoir un statut, passer les frontières. Ici sont reproduits trois documents:

  • Un visa de sortie soviétique pour la Pologne

  • Un visa de transit pour passer de Pologne en France via l'Allemagne 

  • Un certificat de réfugié de l'Ofpra

Fermer

Un portrait radiophonique de Micheline Herch

L'émission En sol majeur de Yasmine Chouaki (rfi) le lundi 27 février 2012 est dédiée à Micheline Herch