Mémoires Européennes

du Goulag

BioGraphie

03
image description
×

Grigori  KOVALTCHOUK

Grigori Kovaltchouk naît en 1944, en Ukraine occidentale. Il est déporté avec sa mère, ses frères et sa sœur, à la sortie de la guerre, dans la région d’Arkhangelsk, sur dénonciation d’un voisin. On accuse son père d’avoir fait partie des banderovci, alors qu’il a été fusillé par ces mêmes banderovci pour avoir été prosoviétique.

Après deux ans de déportation, sa mère décide de s’enfuir avec ses enfants et de revenir dans son village. Elle achète un billet de train contre son foulard et fait un long voyage, passant par Moscou, qu’elle traverse d’une gare à l’autre en camion, et Kiev.
Ils restent tous quelque temps dans leur village, puis se font à nouveau dénoncer par un voisin et sont déportés au même endroit. Ensuite, ils sont envoyés en Sibérie, peut-être pour éviter que la mère ne s’enfuie à nouveau. Ils vont en train jusqu’à Bratsk, à l’époque petit village de Sibérie, puis dans un village d’Ukrainiens, près de Kaltuk. Sa sœur, Anna Kovaltchouk, travaillera jeune, très jeune, pour permettre à son frère de faire des études, ce qu’il réussira brillamment.

Aujourd’hui, Grigori est enseignant de géographie à Kaltouk. Il a travaillé quarante ans pour l’école. Il a pris sa retraite, mais a été rappelé pour enseigner à nouveau. Il est aussi musicien.

Voir MÉDIA
Fermer

Grigori Kovaltchouk évoque l'absence des hommes

Fermer

La vie avant la déportation

«Sa vie était déjà difficile, car elle travaillait jusqu’à son mariage chez un pan, un pan polonais, et du coup il n'y avait rien de bon. Et elle était d’une grande famille. Elle est en partie d’origine polonaise, elle a du sang polonais. Mon père était ukrainien, celui avec lequel elle s’est mariée.»

Fermer

La vie avant la déportation (VF)

«Sa vie était déjà difficile, car elle travaillait jusqu’à son mariage chez un pan, un pan polonais, et du coup il n'y avait rien de bon. Et elle était d’une grande famille. Elle est en partie d’origine polonaise, elle a du sang polonais. Mon père était ukrainien, celui avec lequel elle s’est mariée.»

Fermer

Naissance et déportation

«A l’époque, mon village s’appelait Boriskovich, c’était en 1944, en pleine guerre.
Je ne connais pas mon père, en tout cas je n’ai aucun souvenir de lui. Lorsque l’Ukraine occidentale avait été occupée par les nazis…
Oui, mon père était pompier et ma mère femme au foyer. Or à l’époque, l’Ukraine occidentale avant 1940 appartenait à la Pologne, et ma mère était ouvrière agricole chez un riche propriétaire terrien polonais. Ensuite elle a donc épousé mon père, bien entendu il y a longtemps, bien avant ma naissance.
Tout ce que je peux vous dire, c’est que mon père n’a pas participé à la guerre. Il allait et venait entre le village et la forêt où se cachaient d’autres paysans. De temps en temps, il rentrait à la maison, et je pense que c’est à cette occasion que j’ai été fabriqué, pour ainsi dire, à l’occasion de ses visites. Ensuite, ce que je sais c’est qu’il a été dénoncé et a été tué.
II a été tué par ceux qu’on a appelé plus tard des banderovci, des partisans de Bandera et un mois et demi plus tard j’ai vu le jour, c’était en 1944. C’est dans ce village que nous avons vécu, jusqu’à la libération du village par l’armée Rouge et en 1949 ou 1948, encore une fois je ne m’en souviens plus, il y a eu une autre dénonciation et toute notre famille, à l’exception de mon père, bien entendu — ma mère elle avait 5 enfants, j’étais le cadet —, et bien toute la famille a été arrêtée et exilée, dans le nord, région d’Arkhangelsk, du côté d’un grand bourg, Kautlas. Nous y avons vécu 18 mois, j’ai été très malade, le climat était subarctique. Ma mère avait 5 enfants, mais seuls 3 d’entre-eux ont été exilés : moi-même, ma sœur qui s’occupait de moi et un de mes frères. Les deux autres frères sont restés en Ukraine, chez les membres de notre famille.

Fermer

Naissance et déportation. La mort du père (VF)

Fermer

Avant la déportation: Echapper aux armées des occupants

« Savez-vous pourquoi votre père se cachait dans la forêt avec d’autres hommes ?
Non, non, je ne saurais pas vous dire. Nous avons bien entendu posé cette question à notre mère, et elle m’a dit que mon père ne voulait pas faire la guerre, il ne voulait pas prendre parti. Il se cachait pour ne pas être mobilisé, que ce soit par les Soviétiques comme par les Allemands.

Donc il a été dénoncé comme déserteur ?
Oui, effectivement : ma mère dit que quand les Soviétiques sont arrivés il a même accroché un drapeau rouge à sa maison.»

Fermer

Naissance et déportation. Échapper aux armées des occupants (VF)

Fermer

La fuite

«Pour maman, c’était très difficile, et elle a décidé de s’enfuir. Elle avait des choses, un châle ukrainien, qu’elle a échangé, et elle nous a mis dans un traîneau, ma sœur et mon frère et on est allés jusqu’à la station de train. Et là, à la station, elle a vendu quelque chose à la caissière pour avoir un billet, on s’est mis dans le train et on est rentrés.»

Fermer

La fuite (VF)

Fermer

Enfance, relations sociales et langues: l'école

«D’ailleurs le personnel de cette scierie était constitué de déportés, des gens comme ma mère avec des enfants. Il n’y avait pas que des petits enfants comme nous. Il y avait des familles où il y avait des adolescents de 16 ou 17 ans. Ils étaient là en attendant l’appel sous les drapeaux. Il y avait des Tsiganes, des Lituaniens. D’ailleurs un des Lituaniens qui s’appelait Iouzik est devenu mon copain de classe.
Nous étions tous dans la même école, l’école primaire, où nous avons étudié les 4 premières années, puis nous avons déménagé à Bolchaia Koda, où il y avait une école pour plus grands. Nous y étions pensionnaires. Nous partions toute la semaine, nous y apportions nos propres victuailles, autrement nous n’aurions pas été nourris. Certains louaient des chambres chez les habitants. C’était le cas de mes frères. Moi, j’ai été envoyé en pension complète.

Fermer

Enfance, relations sociales et langues. L'école (VF)

Fermer

Enfance, relations sociales et langues: les langues parlées

Votre mère vous parlez ukrainien ?
Oui, toujours, elle m’a toujours parlé en ukrainien. Moi, je ne suis jamais allé en Ukraine, mais j’ai appris l’ukrainien avec ma mère. Ce n’est pas l’ukrainien littéraire, mais l’ukrainien familier. Je le maîtrise très bien. En 1964, lorsque je suis allé la première fois en Ukraine, je communiquais très bien avec les autres. Je me souviens d’un épisode, il y avait un journal sur la table et mon oncle me demande de lire quelque chose. Je n’avais jamais appris l’ukrainien mais j’ai réussi à traduire cet article de l’ukrainien en russe. Peut-être par intuition, mais sans problème. Il est vrai que je ne parle pas l’ukrainien littéraire, mais l’ukrainien familier.

Cela vous a-t-il frappé de parler ukrainien à la maison et le russe à l’école ?
Oui je l’ai ressenti quand je suis allé à l’école, mais il y avait très peu de familles russes “de souche” (chisto russkie), je ne me souviens que d’une seule, celle de notre contremaître, mais tous les autres étaient des exilés.

Fermer

Enfance, relations sociales et langues. Les langues parlées (VF)

Fermer

Enfance, relations sociales et langues. Les relations entre enfants et adultes

« Qui étaient vos amis ?

Tout d’abord, nous étions très unis dans notre famille. J’étais très proche de mes frères, de ma sœur, et j’étais copain avec tous les enfants des voisins. Le reste étaient des Ukrainiens, et dans la cour d’école je parlais une espèce de langue mélangée. J’ai appris beaucoup de mots en lituanien. Depuis je me souviens comment dire bonjour, “labadéné”, c’est bonjour en lituanien… Pour le reste je ne me souviens plus, mais à l’époque je connaissais d’autres mots lituaniens. Vous savez, les enfants arrivent toujours à apprendre, à communiquer, avec des signes, des gestes, un mot en russe, un mot en lituanien, un mot en ukrainien. Nous nous sommes toujours très bien compris, il n’y a jamais eu de conflits.

Puisque vous parlez de conflits, certains interviewés nous ont parlé de certaines persécussions subies par des Lituaniens, par exemple des gamins lituaniens offensés par d’autres villageois…
Non, ce n’est pas du tout mon cas, car tous ceux qui étaient autour étaient des exilés comme nous, il n’y avait pratiquement pas de locaux.

Et les adultes ?
Les adultes maintenaient des contacts tout à fait normaux. Il y avait des Tatars, pas que des Ukrainiens et des Lituaniens. L’un s’appelait Khakim, l’autre Abrinit, mais ils étaient déjà adultes. Nous étions tous ensemble et nous nous invitions, lors des fêtes religieuses, les uns chez les autres. Pour Pâques, notamment, nous cachions des œufs et les cherchions ensemble. Entre enfants, il n’y a jamais eu de problèmes. Entre adultes, il y en a eu parfois, il y a eu deux ou trois assassinats, mais c’était surtout à cause de l’alcool. Entre gamin il n’y en jamais eu.

Quelle fête fêtiez vous ?
Ma mère était très religieuse, très croyante. Elle était originaire d’Ukraine occidentale et l’orthodoxie était très importante pour elle.»

Fermer

Enfance, relations sociales et langues. Les relations entre enfants et adultes (VF)

Fermer

Grigori Kovaltchouk : des familles sans père

Fermer

Un monde de femmes. Des familles sans père (VF)

Fermer

Grigori Kovaltchouk : l’absence des hommes adultes

Fermer

Un monde de femmes. L'absence d'hommes adultes (VF)

Fermer

Une paire de chaussures pour deux

«Voilà, quand Lionia a commencé à travailler au débardage du bois, a commencé à recevoir de l’argent et qu’Ania a commencé à travailler, elle ne recevait pas d’argent, mais comme elle aidait, elle vivait de cela.

Ensuite, quand ils ont travaillé plus, Tolia a terminé la 7e et a commencé aussi à travailler, c’est devenu plus facile, nous avons acquis une vache.

Je me souviens des chaussures, pour aller à l’école, il y avait une paire pour deux. Un jour sur deux j’allais à l’école avec cette paire, l’autre jour c’était mon frère Sacha, l’un après l’autre. On n’allait pas à l’école pieds nus… Un jour sur l’autre on y allait, et l’instituteur, bien sûr, comprenait très bien. Mais nous étions capables, et manquer un jour sur deux n’a pas eu d’effet sur nos résultats.»

Fermer

Une paire de chaussures pour deux (VF)

«Voilà, quand Lionia a commencé à travailler au débardage du bois, a commencé à recevoir de l’argent et qu’Ania a commencé à travailler, elle ne recevait pas d’argent, mais comme elle aidait, elle vivait de cela.

Ensuite, quand ils ont travaillé plus, Tolia a terminé la 7e et a commencé aussi à travailler, c’est devenu plus facile, nous avons acquis une vache.

Je me souviens des chaussures, pour aller à l’école, il y avait une paire pour deux. Un jour sur deux j’allais à l’école avec cette paire, l’autre jour c’était mon frère Sacha, l’un après l’autre. On n’allait pas à l’école pieds nus… Un jour sur l’autre on y allait, et l’instituteur, bien sûr, comprenait très bien. Mais nous étions capables, et manquer un jour sur deux n’a pas eu d’effet sur nos résultats.»