Mémoires Européennes

du Goulag

La base de données

Une base de données au cœur du projet

Au cœur de ce projet, une base de données constituée actuellement de 182 entretiens sonores réalisés auprès de personnes qui furent déportées, entre 1939 et 1953, des territoires occidentaux de l’URSS vers la Sibérie, le Kazakhstan, le Grand Nord russe. La majeure partie de ces entretiens a été rassemblée entre 2007 et 2012, dans le cadre du projet initial, coordonné par le Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (Cercec, EHESS/CNRS) et Radio France Internationale (RFI). La collecte se poursuit aujourd’hui encore et la base devrait prochainement compter 200 enregistrements sonores. Cette collecte a été menée dans 14 pays (Lituanie, Estonie, Lettonie, Pologne, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Ukraine, Russie, France, Italie, Grande-Bretagne, Kazakhstan), dans 13 langues différentes, par 15 chercheurs, maîtrisant au moins l’une des langues parlées dans ces pays. Réalisés en collaboration avec RFI, les entretiens ont été enregistrés avec du matériel de qualité professionnelle. Ils sont parfois accompagnés d’enregistrements vidéo (82).
 La base de données comporte aussi plus de 2 500 documents et photographies : portraits des témoins, albums photos, images de la vie en déportation, dessins, correspondance, documents administratifs, archives publiques.

Accessibilité des métadonnées et données

L’ensemble des données est documenté dans la base (réalisation des entretiens, informations sur les témoins, archives, photographies). Ces informations sont ouvertes et accessibles à tous sur ce site.
Une dizaine d’entretiens sont mis à la disposition du public dans leur intégralité via le site Mémoires européennes du goulag (par exemple l’entretien en VO (russe) ou VF de Marytė Kontrimaitė). Par ailleurs, de nombreux extraits d’entretiens sont proposés sur le site, en langue originale ou avec un doublage. Le doublage est réalisé par des interprètes professionnels, en studio, de façon à conserver la qualité du son.
Quelques entretiens biographiques ont fait l’objet d’une retranscription complète. Ceux qui ne sont pas retranscrits sont accompagnés de courtes biographies synthétiques. Des retranscriptions supplémentaires seront effectuées ces prochaines années pour permettre à un public empêché d’entendre de prendre connaissance du contenu intégral des témoignages.
L’accès à l’intégralité des entretiens composant le corpus est accessible aux enseignants-chercheurs et chercheurs sous condition de validation d’un projet de recherche par le comité éditorial.
Cette base de données représente une source particulièrement précieuse pour les étudiants, enseignants et chercheurs menant des recherches sur les déplacements forcés, sur les trajectoires d’exils, et sur les déportations en général, « vues d’en bas ». Elle peut aussi constituer un outil d’une grande richesse pour des enseignements de langue.

Les informations sur l'ensemble des entretiens contenus dans la base sont entièrement accessibles.

Demande d'accès à l'ensemble des entretiens

Les enseignants-chercheurs et les chercheurs peuvent obtenir, à des fins de recherche, une autorisation d'accès à l'intégralité des entretiens et des documents conservés dans la base de données. La demande, accompagnée d'une présentation du projet de recherche et d'un CV, doit être adressée au comité éditorial. Si une réponse positive est donnée, une convention sera signée entre le porteur du projet et l'Institut national d'études démographiques, précisant les conditions d'usage de ces matériaux. Il ou elle s'engagera en particulier à :

  • Être l'utilisateur exclusif de données accessibles, et de ne céder à aucune personne ces données
  • Ne télécharger ces matériaux qu'avec la garantie qu'elles seront stockées temporairement et protégées de tout accès extérieur
  • Détruire les données au bout d'un temps défini par la convention
  • S'interdire tout usage commercial des données
  • Traiter les entretiens en respectant les règles d'un usage scientifique
  • Informer le comité éditorial de toute publication et diffusion d'une partie du matériau, et d'envoyer tout article, émission, autre production réalisée à partir de ces données
  • Mentionner la source des données dans toute production sous la forme : source : Archives sonores – mémoires européennes du goulag, museum.gulagmemories.eu, Ined, dernière consultation le xx.
  • Détruire les données en cas de rupture de la convention

⊵ Demande d'accès à la base de données