Mémoires Européennes

du Goulag

Retour
Fermer
Enfant affecté aux travaux forestiers.
© Musée des victimes du génocide, Vilnius
Irina Tarnavska (à droite) en déportation avec sa sœur et sa grand-mère en 1951.
© Irina Tarnavska
Irina Tarnavska (en bas à droite) en déportation, 1951.
© Irina Tarnavska
Irina Tarnavska (à gauche) avec son père et ses sœurs en Sibérie.
© Irina Tarnavskaia
Familles de déplacés dans le wagon les menant vers la région de Krasnoïarsk <br/> en Sibérie, octobre 1951.
© Musée des victimes du génocide, Vilnius
Siiri Raitar (en haut, 2e en partant de la gauche) <br/> sa première année d’école en Sibérie, 1949-1950.
© Siiri Raitar
Siiri Raitar (en haut tout à droite), dans sa classe en Sibérie, 1951.
© Siiri Raitar
Une famille estonienne en Sibérie.
© Siiri Raitar
Une famille de déplacés, en 1952.
© Musée des victimes du génocide, Vilnius
Juliana Zarchi (au centre) à l’école au Tadjikistan.
© Juliana Zarchi
Famille d’un résistant lituanien déportée dans la région de Irkoutsk <br/> en Sibérie, 1949.
© Musée des victimes du génocide, Vilnius
Elèves de l’école de Khara Koutoul, <br/> république autonome de Bouriatie, en 1954.
© Rimgaudas Ruzgys
La mère et la sœur Regina de Rimgaudas Ruzgys, 1953.
© Rimgaudas Ruzgys
La mère et la sœur de Rimgaudas Ruzgys avec des amies.
© Rimgaudas Ruzgys
Rimgaudas Ruzgys avec des enfants utilisant des troncs <br/> pour traverser les marais, 1955.
© Rimgaudas Ruzgys
Un orphelinat d’enfants polonais.
© Janina Borysewicz
Enterrement de la sœur de Danuta Wojciechwska au Kazakhstan.
© Danuta Wojciechwska

Grandir au goulag

Une enfance entre le choc de l’arrachement, le voyage interminable, le froid, la faim, la peur, le travail pour une carte de ravitaillement supplémentaire, mais aussi la découverte d’une nature inconnue, l’école, les amitiés et les jeux partagés : ainsi grandissait-on au goulag.