Mémoires Européennes

du Goulag

Retour
Fermer

Témoignage de Rafails Rozentāls

« Mes grand-mères et mes grands pères, eux, étaient restés à Riga. Ils ont tous été assassinés dans le ghetto.
Vous savez, je tiens à souligner le fait que nous sommes restés en vie grâce aux communistes. Car si les communistes ne nous avait pas déportés, nous serions morts dans le ghetto. Mon père ne serait jamais parti, sa mère était très malade, ils étaient très proches, il ne l’aurait jamais quittée. C’est pourquoi les communistes nous ont sauvés la vie !

[...]

C’est tout à fait cela. Si nous n’avions pas été déportés, nous serions restés à Riga durant la guerre et nous aurions été tués dans le ghetto. C’est un des paradoxes de la vie. C’est vraiment ainsi. Il n’y avait pas de variantes. Mes parents ne seraient pas partis sinon. Tous sont restés là. Mes parents pensaient comme moi, bien sûr. On ne peut rien dire d’autre, c’est vraiment comme cela ! Car à Riga, tous ont été tués, à quelques exceptions près. »