Mémoires Européennes

du Goulag

Retour
Fermer

Les premiers habitats des paysans relégués

Les photographies ici présentées proviennent d’un album de propagande du NKVD conservé au Centre d’informations de la police, à Arkhangelsk. Une source dont il faut souligner le caractère exceptionnel tant les représentations des déportations staliniennes sont rares dans les archives. 

Intitulé « Les villages de travail dans la région Nord et la RSSA des Komi entre 1930 et 1937 », cet album contient plus de trois cents clichés pris par le NKVD au cours de deux périodes distinctes: la phase liminaire de la déportation (1930-1931) et l’année 1936 marquée par la Constitution de Staline et l’allégation de la victoire sur l’ennemi. Ces photographies illustrent l’une des onze thématiques abordées dans l’ouvrage: l’installation, la construction des villages, la mise en valeur des terres, l’élevage, les bâtiments agricoles, le travail productif, l’artisanat, la vie quotidienne et culturelle, les écoles, les jardins d’enfants et les services médicaux.

Dans la veine du rapport secret soviétique, en images cette fois, la hiérarchie régionale du NKVD expose avec beaucoup de zèle les grands progrès réalisés en sept ans par ses services, chargés de mettre en œuvre la colonisation spéciale.

Album-cadeau en vue du vingtième anniversaire de la Révolution, ou bien rapport-bouclier pour protéger la fonction de ceux qui l’ont dressé? Rien n’est dit sur les motifs de cette propagande interne. En revanche, le message véhiculé est explicite: les territoires inhospitaliers ont été maîtrisés, les ennemis rééduqués. 

Au-delà de sa charge propagandiste, cet album ne parvient pas toujours à cacher l’essentiel: la dureté de l’environnement, le dénuement des habitats, le désarroi des déportés forcés non seulement de bivouaquer en plein hiver, mais aussi de sortir de leurs huttes pour poser devant l’objectif de leurs bourreaux.

Ce diaporama nous permet de suivre l’itinéraire des déportés en relégation et de découvrir leurs premiers habitats.

Les descriptifs s’appuient sur les informations factuelles contenues dans les légendes de l’album.