Mémoires Européennes

du Goulag

Retour
Fermer

La libération d'Irena Ašmontaitė

Le père d'Irena Ašmontaitė, prisonnier dans un camp, réussit à obtenir des informations sur sa fille au début de l’année 1946 après avoir demandé à sa grand-mère d’envoyer une requête à Žemčužina, la femme de Molotov, recours fréquent pour ceux qui vivaient de telle situation. Irena, comme orpheline, est libérée, en 1946, comme l’atteste les documents qu’elle a conservé jusqu’alors, dont deux lettres de Žemčužina . Après une première tentative de retour infructueuse [], elle revient, très probablement dans un groupe d'orphelin dont les autorités lituaniennes avaient obtenu la libération. Ce groupe est mené par un certain Jonas Bulota, qui est envoyé par ces autorités en Iakoutie pour ramener quelques dizaines d'orphelins ou d'enfants n'ayant pas de nouvelles de leurs parents, âgés de 7 à 20 ans.