Peep Varju

 

Peep Varju a quatre ans et demi, lorsqu’en 1941 il est séparé de son père, condamné aux travaux forcés, et déporté d’Estonie dans la région de Tomsk avec sa mère enceinte, son frère et sa sœur. Aucun membre de sa famille ne survit au camp et à la déportation. Il est alors placé dans un orphelinat sibérien, où les enfants, livrés à eux-mêmes, sont confrontés à une violence quotidienne inimaginable. Peep tombe malade du typhus et survit miraculeusement.

En 1946, suite à une mesure exceptionnelle, initiée par le pouvoir, autorisant le retour des orphelins lettons et estoniens (même si les déportés ne peuvent jusqu’à aujourd’hui croire en la clémence des autorités soviétiques), il retourne en Estonie et il est adopté et éduqué par sa tante maternelle.

Par la suite, il devient ingénieur et connaît une carrière classique dans une entreprise étatique. En 1989, il fonde avec d’autres rescapés l’association Memento, dont la vocation est de regrouper tous les déportés d’Estonie, et de documenter et diffuser la mémoire de l’époque soviétique. Aujourd’hui, il continue de présider bénévolement le bureau de Tallinn, et mène activement des collectes d’archives et de récits de vie.