La répression dans les territoires annexés à l'URSS - 1939-1941

 

Dans le cadre du pacte germano-soviétique d’août 1939 et des clauses secrètes sur le partage de l’Europe centrale et orientale entre les deux nouveaux alliés, l’URSS stalinienne entreprend en 1939 et en 1940 une nouvelle phase d’expansion vers l’Ouest. Le processus de soviétisation des nouveaux territoires s’accompagne de répressions ciblant les anciennes élites et autres «éléments socialement étrangers» contre-révolutonnaires, etc.

Trois vagues de déportations sont organisées dans les territoires polonais annexés à l’Ukraine et à la Biélorussie de l’Ouest en 1940 : elles bannissent les anciens colons ou «osadniki», les élites locales et une partie des réfugiés (Juifs pour l’essentiel) ayant fui l’occupation allemande de la Pologne. Les déportations reprennent au printemps 1941 : le 22 mai, en d’Ukraine de l’Ouest ; dans la nuit du 12 au 13 juin, en Moldavie ;  le 14 juin dans les Républiques baltes et enfin dans la nuit du 19 au 20 juin, en Biélorussie occidentale.

Certains chefs de foyers sont condamnés à des peines de travaux forcés dans les camps, les familles avec les enfants se retrouvent exilées en Sibérie ou au Kazakhstan dans les «colonies spéciales» de peuplement. Près de 500 000 personnes sont ainsi envoyées dans les profondeurs de l’URSS.

Texte : Catherine Gousseff et Juliette Denis