Kasimirs Gendels

 

Kasimirs Gendels naît en 1934, en Latgale, dans une famille et un milieu multilingue. Il est déporté avec son père et sa sœur, en 1949, dans le cadre de la déportation de masse accompagnant la collectivisation des campagnes lettones : son père est considéré comme un koulak, et, facteur aggravant, son frère a été mobilisé dans l’armée allemande pendant la guerre.

En Sibérie, il effectue des travaux dans un kolkhoze forestier de la taïga : découpe, chargement des barges... Ayant écrit plusieurs requêtes à Nikita Khrouchtchev, Kasimirs Gendels est libéré dès 1955. A son retour en Lettonie il effectue a son service militaire et devient mécanicien.

Tous les trois ou quatre ans il retourne en Sibérie pour se rendre sur la tombe de son père, qui y est décédé. Après l’indépendance de la Lettonie, il accomplit un dernier voyage en Sibérie et rapatrie clandestinement le corps.