Ján Antal Magadan

 

Ján Antal (né Kawasch) naît le 24 février 1950 à Magadan. Sa mère, Irena Kawaschowá, est alors dans un camp de la Kolyma, déportée depuis près de cinq ans. Ján est envoyé, peu après sa naissance, à Elgen, dans un orphelinat, au nord de Magadan. Puis, à 2 ans, il est envoyé dans un autre orphelinat, à Vladivostok, puis à Moscou. Sa mère, libérée en 1953, retourne en Slovaquie et se met  à la recherche de son fils qu’elle réussit à retrouver et à faire rentrer avec un convoi de soldats le 29 avril 1955. Ján prend le nom du mari de sa mère et commence à chercher l'identité de son père, mais sa mère lui répond invariablement : «C’était un homme de bien.» 

Adulte, Ján part travailler à Prague, où il vécut trente ans. Il y suit des cours à l’université Charles et commence à s’intéresser à la philosophie. Lorsqu’il se marie, il prend le nom de son épouse, et s'appelle désormais Ján Antal. En 2006, il accepte la proposition du studio de cinéma Trigon de réaliser un film sur son histoire et la recherche qu'il mène depuis de nombreuses années sur l’identité de son père. Ce film s'appellera Môj otec Gulag (Mon père, le goulag).

Il part à Magadan et visite les lieux où travaillait sa mère, son premier orphelinat, il consulte les archives locales de Magadan et celles de Moscou, mais ne trouve pas la réponse à sa quête. Aujourd’hui, Ján Antal vit avec sa femme et ses cinq enfants à Svodin, en Slovaquie. 

Il est toujours à la recherche de son père.