Jacow Shats

 

 

Jakow Shats naît en 1929 à Riga, en Lettonie, d’une famille aisée de la bourgeoisie riguase, son père est pharmacien, ils vivent dans un bel appartement du centre ville et tous les étés ils s’installent dans leur maison de Jurmala, sur la mère baltique. 

Ils sont déportés la nuit du 14 juin 1941, dans la région de Krasnoïarsk. Sont père, condamné aux travaux forcé comme « élément socialement dangereux », est séparé d’eux pour être envoyé en camp. Mais, par un coup de chance, pendant la nuit les cheminots ne réussissent pas à détacher le wagon avec les hommes du train et à l’arrivée des nombreuses familles sont ainsi réunies à nouveau.

Ses parents sont assignés aux travaux forestiers, Jakow passe se journée dans la baraque, faute de vêtements chauds il ne peu pas sortir ni aller à l’école. La vie est dure, les journée sont longues et tristes, la détresse de ses parents bouleverse la vie du  garçon qui l’été s’uni aux travaux agricoles pour aider la famille à survivre dans ces difficiles années de guerre.

Son oncle paternel est journaliste et réussi à la fin de la guerre à les faire libérer en s’appuyant sur les activités de mécène que le père de Jakow a exercé en faveur des prisonniers politiques dans la Lettonie d’avant guerre.

En 1946 ils sont autorisés à rentrer à Riga, ils ne retrouvent pas leur appartement, mais le père pourra reprendre son travail dans une pharmacie et Jakow terminer ses études, devenir ingénieur et fonder une famille. Avec l’indépendance de la Lettonie il se voit restituer sa maison à Jurmala où depuis il passe ses étés en compagnie de sa femme.