Imrich Gallik

 

Imrich Gallik naît le 16 août 1926 à Spišská Belá-Strážky dans une famille d’Allemands de Spíš. Son père, ancien soldat de l’armée austro-hongroise en Russie, était agriculteur. Sa mère est née en 1902 aux États Unis dans une famille d’immigrés allemands qui retournent en Slovaquie en 1904. La langue maternelle d’Imrich est l’Allemand et il étudie dans une école allemande. Il se forme comme menuisier et, à partir de 1944, travaille dans un atelier de menuiserie. Il a est emmené de force le 10 mars 1945 par deux agents du NKVD et par un agent de la Milice populaire qui lui disent qu’il part travailler pour trois mois en URSS. Il est alors âgé de 18 ans. Il est conduit à Levoča en Slovaquie puis à Sanok, Pologne dans un camp de transit. Trois mois plus tard il arrive à Nuzal lager, en Ossétie du Nord, où il travaille comme menuisier dans l’atelier du camp. La connaissance de son métier lui permet d’éviter le travail dans les mines. Imrich Gallik se souvient avec plaisir des personnes avec qu’il a travaillé. Il reste trois ans et demi dans ce camp, puis est libéré. Il est alors conduit à Francfort sur Oder en Allemagne, sans avoir l’autorisation de rentrer en Tchécoslovaquie. Il passe alors la frontière tchécoslovaque illégalement et rentre là d'où il avait été déporté, à Spišská Belá-Strážky. Après son retour, le 20 décembre 1948, Gallik reprend son travail précédent. Il se marie le 26 mai 1951. Il n’a pas eu de problèmes de réintegration après son retour et conclut que l’époque « socialiste ne m'a pas fait de mal ». Aujourd’hui il vit avec sa famille dans sa maison familiale à Spišská Belá-Strážky, en Slovaquie.