Arseni Roginski Pour une histoire de la répression

 

Cette salle est ouverte en hommage à Arsenij Roginskij (1946-2017), Président de l'association Mémorial international au moment de sa disparition. Nous y présentons l’entretien que nous avons réalisé avec lui le 30 mars 2009, le jour de ses 63 ans, dans le cadre du projet « Archives sonores - mémoires européennes du Goulag ». Sa traduction française a été publiée dans le cadre de l'hommage qui lui a été adressé dans les Cahiers du Monde russe, 59/2-3, avril-septembre 2018, p..

Voici le début du texte, publié dans ce même numéro des Cahiers du monde russe, à son propos:

« Cet hommage est, pour nous, d’une importance toute particulière tant notre génération d’historiens, la première à avoir bénéficié de l’ouverture des archives soviétiques, fut marquée par cet homme. Sa disparition n’est pas seulement la perte pour la Russie d’une immense figure. Elle l’est aussi pour tous ceux qui participèrent à l’écriture d’une nouvelle histoire de
l’URSS dans la combinaison de sources archivistiques et de témoignages. Arsenij Roginskij fut un guide dans l’océan de sources qui s’ouvrait à la fin des années 1980. Il fit comprendre l’importance de ces documents que beaucoup, méfiants à l’égard de toute source d’information provenant des organes soviétiques, abordaient encore avec suspicion, et contribua à les rendre « parlants ». Arsenij Roginskij était avide de savoir, d’un savoir documenté, toujours fondé sur l’archive. Il transmettait à chacun d’entre nous sa passion pour le texte en  considérant, cependant, que les témoignages recueillis sur les trajectoires de femmes et d’hommes de la période soviétique étaient tout aussi nécessaires et complémentaires. Il invitait ainsi à intégrer la dimension la plus humaine des tragédies du siècle.
» (Alain Blum et Catherine Gousseff, Cahiers du Monde russe, 59/2-3, avril-septembre 2018, p.)

Alain Blum et Marta Craveri