Henry Welch : Refus de la nationalité et arrestation

 

«Puis vint le temps où tout le monde devait s’enregistrer. Il fallait décider entre rester en Russie et prendre la citoyenneté russe (i.e. soviétique, ndlr) ou rentrer en Pologne. Nous, bien sûr nous voulions rentrer en Pologne.
Ma mère est allée à Lvov, chez sa cousine Adéla qui s’y était réfugiée. Son mari était communiste et ils étaient très heureux. Il avait obtenu un bon emploi et voulait rester, car la Russie pour lui c’était le paradis !
Donc, quand ma mère est rentrée elle avait changé d’avis, alors elle est allée à la police pour demander la citoyenneté russe. Mais, heureusement, c’était trop tard car à 4 heures du matin le NKVD, la police politique, est venue toquer à la porte et moi et ma mère avons été arrêtés.
Dehors il y avait un char avec des chevaux où il y avait déjà une famille qui attendait. Les deux hommes du NKVD qui étaient venus nous chercher s’étaient placés de sorte qu’on ne puisse pas fuir.»

Vous devez installer Flash Player pour lire ce média.

Henry Welch à Rome, le 19 mai 2009.
© CERCEC & RFI