Teodor Shanin : Marché noir à Samarcande

 

 

«Donc, ils ont dit “ok, nous sommes engagés dans quelque chose et si vous voulez vous joindre à nous, vous êtes les bienvenus car vous êtes des nôtres. Nous vivons ici en vendant du pain déjà vendu.” Il y avait des cartes de rationnement pour le pain, 100 g pour un enfant, et, pour comparaison 400 g pour les officiels, ou 600 g pour ceux qui travaillaient dur. Maintenant, plusieurs personnes qui étaient avec eux avaient des magasins, étaient directeurs de magasin, et jouaient un jeu complexe. Et ils vivaient de cela.

Nous sommes entrés dans ce réseau : il fallait sortir le pain du magasin, ce qui était particulièrement dangereux, puis l’apporter à des gens qui le vendaient sur le marché.

Vous entriez dans le magasin, dont le chef était un des nôtres, et vous donniez une carte, et il faisait semblant de la découper, puis la rendait, et vous donnait du pain, et vous preniez le pain, et sortiez, et alliez dans le parc, pas loin, et quelqu’un s’approchait de vous, et vous alliez avec lui, vous conversiez, et vous lui donniez le pain, et il le prenait, et l’apportait sur le marché.

La première année nous avons fait cela, et ce fut, bien sûr, utile et facile. Pour moi, c’était  un jeu de scout, et cela me plaisait, et la police suivait moins un garçon qui allait encore à l’école.»

Vous devez installer Flash Player pour lire ce média.

Teodor Shanin à Moscou, le 8 décembre 2008