Antanas Seikalis : Les différentes nationalités dans les camps

 

«Le contingent le plus important était constitué par les Ukrainiens, puis par les Russes, parfois c’était les Lituaniens qui occupaient la seconde place. Puis il y avait des Biélorusses, des ex-prisonniers de guerre, des Français, qui sont presque tous morts, des Allemands, des Japonais et ainsi de suite ! Il y avait même des Indiens, des Américains, des Anglais et des Turcs ! Il y avait tellement de nationalités que j’ai même constitué une liste. Il y avait les Juifs, en nombre très important, des célébrités, parmi lesquels de nombreux spécialistes en tout genre.

Disons que j’étais dans un camp pour prisonniers politiques où les gens ne se bagarraient pas. Vous savez, dans ce camp, si j’avais perdu 3-4 kilos d’or, celui qui les aurait trouvés me les aurait rendus. La vie quotidienne n’était pas si difficile,  mais ça l’était moralement.»

Vous devez installer Flash Player pour lire ce média.

Prisonniers du camp de Kengir, en mai 1955
© Antanas Seikalis