Rafails Rozentāls : L'accueil en Sibérie

 

«  Nous avons loué deux pièces, dans une maison où les propriétaires étaient très bons. Je dois dire qu'en général les sibériens avaient de bonnes relations avec les déportés. Il n'y avait pas de personnes qui nous étaient hostiles.

Ils savaient en effet que nous étions déportés. Mais, je répète, il n'y avait pas là-bas, les gens ne sont pas méchants là-bas. On nous a conduit ici, et bien on nous y a conduit  ».

Vous devez installer Flash Player pour lire ce média.

Une demeure sibérienne
© Kasimirs Gendels