Rafails Rozentāls : L'affaire des blouses blanches

 

«  Je me souviens de ce moment, quand il y a eu l'affaire des médecins, à la fin 1952. Mon père était alors à Moscou. Il est revenu de Moscou, complétement abattu.

Il dit que, s'il n'avait pas d'enfants, il se suiciderait. Il craignait la suite. Moi-même je ne ressentait pas cela. J'avais dans la classe un ami, un autre juif, nous avions de bonnes relations, personnes ne nous attaquait là-dessus, ne nous en parlait. Tout cela se formait au centre, quand Staline voulait envoyer tous les Juifs au Birobidjan. Tout cela je ne le savais pas.

Je me souviens juste à quel point mes parents étaient marqués. Je me souviens juste ce jour quand je suis arrivé de l'école à la maison, elle était pleine de monde  ».

Vous devez installer Flash Player pour lire ce média.

Rafails Rozentāls à Riga, le 11 juin 2008
© CERCEC & RFI