Andreï Ozerovski : Le travail à la mine, libre

 

«Je suis arrivé à Karaganda en 1960, je me suis marié en 1955, et en 1956 notre fille est née. En 1960, je suis donc arrivé ici et je me suis fait embaucher à la mine. Je connaissais déjà la mine depuis mes années de camp à Djezkazgan. Mais là, j’étais libre, et il n’y avait pas de gaz, c’était moins dangereux. Aujourd’hui, si je devais recommencer, je retournerais travailler à la mine. Oui, il y a des explosions, les gens peuvent y perdre la vie, oui, c’est dur. Mais aujourd’hui, comme je serais heureux de revoir la mine, ne serait-ce qu’une demi-heure. Moi j’adore regarder les mineurs. Je suis très profondément attaché à la mine !»

Vous devez installer Flash Player pour lire ce média.