Placid Karoly Olofsson : L'économie soviétique

 

Une fois, j’ai demandé au responsable de l’approvisionnement : « apportez-moi dans votre poche un œuf. Ca fait huit ans que je n’en ai pas mangé ». Il m’a dit : « d’où veux-tu que je t’en apporte ? Chez nous, il n’y a pas de volaille »… L’économie soviétique est stupide ! Dans les forêts de boulot pluri centenaires, le sol était tellement riche que la volaille aurait pu s’alimenter uniquement de la végétation. Oui. Mais la norme de réquisition de 57 œufs par poule. C’était tellement complément qu’ils préféraient cesser l’élevage de volaille. Je suis ignorant de ce point de vue parce que je suis budapestois mais dans notre lager, aux 1400 prisonniers s’ajoutaient au moins 1000 personnes entre les gardiens, le personnel et leurs familles. C’était tout un village. Il n’y avaient que six cochons. Ceux qui étaient de la campagne s’étonnaient : « comment font-ils pour n’avoir que six cochons ? ». 600 cochons, c’est un bon village. 60 cochons, c’est un village misérable. Mais six cochons… là aussi, le niveau de réquisition était tel qu’ils ne voulaient tout simplement pas s’exposer à ne pas remplir les normes : ils s’en occupaient donc pas… une stupidité sans nom… L’Union Soviétique, le pays le plus riche du monde ! Mais la stupidité du système était encore plus grande…

Vous devez installer Flash Player pour lire ce média.

Le père Placid Karoly Olofsson le 6 juin 2009 à Budapest
© CERCEC & RFI