Juozas Miliautskas : Gagner sa vie (les troudodni)

 

«Disons que tu fasses tes cinq jours… après, tu vas chez le magasinier. Tu arrives avec ton petit sac en toile… pour cinq journées de travail tu as droit à 200 g de farine d’avoine. Le magasinier te dit : “pour cinq jours voilà ton quota. Tiens, c’est pour toi.” Il te met deux pelles de farine sur la balance. Et c’était comme ça tous les cinq jours.  
Je rentrais chez moi avec cette avoine moulue. Il y avait du son dedans. Maman le tamisait et faisait bouillir le son. Elle en faisait une boisson. C’était bon… j’aimais beaucoup ! Les betteraves et les pommes de terre, elles les mélangeaient et en faisait des galettes. C’était ça notre pain.»

Vous devez installer Flash Player pour lire ce média.

Juozas Miliautskas.
© Juozas Miliautskas