Enfances au goulag : Orphelins lettons et estoniens «rapatriés»

 

En 1946, suite à une initiative du ministère letton de l’Instruction, les «orphelins et semi-orphelins» des colonies spéciales sont autorisés à rentrer en Lettonie. Beaucoup d’enfants avaient effectivement perdu l’un de leurs parents, durant les années de guerre, et pour les mères survivantes, les renvoyer en Lettonie, malgré le choc de la séparation, multipliait leurs chances de survie.

Ainsi, environ 1300 enfants, lettons pour la plupart mais également estoniens, regagnèrent les Républiques baltes en 1946-1947. Très souvent, les rescapés ne peuvent croire en la légalité de ce retour, pourtant documenté dans les archives soviétiques, et l’attribuent à un mélange de chance et d’initiative individuelle héroïque. Pour Silva Linarte et ses sœurs, l’arrivée à l’orphelinat de Riga correspond à la découverte d’une (relative) abondance. Les enfants, débarquant de Sibérie après un voyage éprouvant, se méfient de la nourriture qu’on leur propose. Seul le responsable médical déchiffre leur attitude et recommande qu’on leur prépare des pommes de terre, la seule nourriture qu’ils connaissaient. 

Pour ces enfants, le retour – précoce par rapport à d’autres catégories de déportés – constitue un choc gravé dans leur mémoire, une redécouverte de leur terre d’origine. Austra Zalcmane, sa sœur Lilija Kaione et Peep Varju ont bénéficié de la même mesure exceptionnelle.

Vous devez installer Flash Player pour lire ce média.

Silva Linarte à Daugavpils, le 13 janvier 2009.
© CERCEC & RFI