Grigori Kovaltchouk : La vie avant la déportation

 

«Sa vie était déjà difficile, car elle travaillait jusqu’à son mariage chez un pan, un pan polonais, et du coup il n'y avait rien de bon. Et elle était d’une grande famille. Elle est en partie d’origine polonaise, elle a du sang polonais. Mon père était ukrainien, celui avec lequel elle s’est mariée.»

Vous devez installer Flash Player pour lire ce média.

La mère de Grigori (à droite), après son retour en Ukraine.
© Grigori Kovaltchouk