Vivre après le goulag : Marite Kontrimaite garde le silence

 

Marite Kontrimaite ne parlait pas de ce passé : « A quoi bon ? Il y a rien eu d'extraordinaire. » Mais en 1987, elle l'a révélé publiquement.

Vous devez installer Flash Player pour lire ce média.

Marite Kontramaite à Vilnius, le 11 juin 2011
© CERCEC & RFI