Naoum Kleiman : Silence et gestion des incertitudes

 

À l'arrivée à Iounka, les familles déportées ne reçoivent que des informations parcellaires et formelles sur leur futur. Or, parmi eux se trouvent ceux qui s'efforcent d'interpréter ces bribes de renseignements et de les canaliser afin de rassurer les autres. Notamment une « baronnesse » que décrit Naum Kleiman, femme qui constitue autour d'elle des liens de soutien mutuel.

La période 1949-1953 est marquée par de multiples signaux de danger dans le contexte de campagnes antisémites menées dans l'Union soviétique. Dans le même temps, de petits droits et ouvertures se présentaient et la famille cherchait à interpréter ces alertes contradictoires, se repérer par rapport à l’environnement de travail, à l'école. Naum Kleiman restitue sa perception de cette étape ne pouvant pas s'empêcher de vouloir découvrir des facteurs explicatifs de l'incohérence dans la répression.

Vous devez installer Flash Player pour lire ce média.

Naoum Kleiman
© CERCEC & RFI


Tous les extraits :

  1. La baronnesse
  2. Incertitudes