Kasimirs Gendels : Une surveillance relâchée

 

Une fois l’Oural passé, les soldats ne se donnent même plus la peine de surveiller scrupuleusement le convoi de déportés – où pourraient-ils bien s’échapper ?

Vous devez installer Flash Player pour lire ce média.

Kasimirs Gendels à Daugavpils, le 13 janvier 2009.
© CERCEC & RFI