Antanas Petrikonis «Ils ont défendu l’honneur de la Lituanie»

 

 

Antanas Petrikonis naît en 1928, dans le village de Mociškėnai au sud de la Lituanie. Sa famille d’origine paysanne est pauvre et très patriote. Après la guerre, dès le retour des Soviétiques, Antanas rentre dans la résistance armée, d’abord en aidant les résistants puis, en 1948, en prenant les armes sous le nom de «Bateau». En 1951, il est arrêté dans le bunker construit près de sa maison natale et condamné à  25 ans de travaux forcés.
Après plusieurs séjours dans différentes prisons, il est  transféré dans le camp de Kengir, dans le Steplag du Kazakhstan, où il rentre dans l’organisation clandestine lituanienne. Il participe à la révolte de l’été 1954.
Après la révolte, il est transféré dans le Berlag de la Kolyma et ensuite dans le Ozerlag  de la région d’Irkoutsk. En 1956, son dossier est revu et sa peine réduite de moitié. En 1960, après un nouvel examen de son dossier, il est libéré, mais n’a toujours pas le droit de rentrer en Lituanie. Il y retourne quand même et, grâce à l’incompétence d’une jeune fonctionnaire, réussit à se domicilier dans son village natal.
Après son mariage, il obtient, malgré d’énormes difficultés, le permis de vivre à Kaunas chez sa femme. C’est là qu’il vit encore aujourd’hui.
Souvent il songe au destin de son pays : «La Lituanie a perdu trop de sang après la guerre. Si ces 26 000 hommes morts dans les forêts – pour la plupart des jeunes, des hommes d’idées, des patriotes – avaient eu des enfants, aujourd’hui le visage de la Lituanie serait différent. Mais ils ont défendu l’honneur de la Lituanie.»