Rafails Rozentāls : Une mémoire retenue

 

«  Ni maman, ni papa ne voulaient guère en parler. Ils sont décédés il y a 10 ans et je ne les ai que peu entendus parler de cela. Ce que je sais, c'est ce que j'ai demandé ou établi à partir de documents.

[...]

Ce qui intéresse les gens, c’est la dimension tragique de cette expérience. Je comprends … mais moi j’ai réussi ma vie, je travaille, je dirige une équipe extraordinaire,  nous avons tous de très bons rapports ici. Vous savez, le poids de la déportation je ne l’ai pas vraiment senti, il faut dire que mes parents n’ont jamais vraiment insisté là-dessus. Mon père disait toujours : il faut étudier, il faut travailler. Mais naturellement chaque famille a eu son destin … ».

You need to have Flash Player installed to view this content.

Rafails Rozentāls à Riga, le 11 juin 2008
© CERCEC & RFI


All available extracts:

  1. On ne voulait pas en parler
  2. Mon père disait toujours: il faut étudier